Mohnkuchen, ou le gâteau au pavot allemand

Mohnkuchen, ou le gâteau au pavot allemand

Je fais partie de ces gens pour qui l’amitié franco-allemande a une signification réelle et profonde. Mon grand-père maternel, après avoir été officier de l’armée française et résistant actif, s’est promis de faire tout ce qui était en son pouvoir pour aider à ce que l’horreur ne revienne plus nous frapper. Pour cela, il a mis de côté les armes qu’il a toujours détestées et s’est efforcé de défendre des idées pacifiques et humanistes à travers un engagement social. Sa fille, ma mère, est une enfant du traité de l’Élysée, ce traité d’amitié franco-allemand visant à rapprocher nos deux peuples. En la voyant partir en Allemagne tous les étés, il espérait que cela aiderait à ce que l’on se comprenne mieux. Depuis les années ont passé, ma mère est devenue professeure d’allemand et à mon tour, j’ai passé de nombreux étés en Allemagne.

J’ai conservé de nombreux souvenirs de mes séjours outre-Rhin. Parmi eux il y a par exemple celui d’entrer pour la première fois dans une boulangerie allemande. Je m’en rappelle comme si c’était hier : il n’y avait ni croissant, ni pain au chocolat mais un « Shoko-croissant », c’est-à-dire un croissant au chocolat, ou comment réunir deux viennoiseries en une seule. Pas de triangle aux amandes, de viennoise au chocolat, de chausson aux pommes, aucun millefeuille, salambo ou chouquettes. A la place, il y avait ce qui ressemblait à de grandes plaques de gâteaux carrées, toutes différemment garnies et coupées en rectangles pour pouvoir les servir. Il y en avait au chocolat, à la noisette, à la noix de coco, aux pommes et à la cannelle, il y avait des sortes de gâteaux au fromage, des gâteaux à la carotte, et j’en passe. J’ai appris plus tard qu’on appelait ces gâteaux des « Blechkuchen », littéralement des « gâteaux cuits sur une plaque de cuisson ». Le secret de leur réussite réside dans la pâte levée, qui doit être suffisamment fine pour ne pas plomber le gâteau mais quand même suffisamment présente pour lui donner du corps.

La recette de Blechkuchen que je tenais à partager avec vous est ma préférée, et la préférée de ma mère : le Mohnkuchen, autrement dit le gâteau au pavot allemand cuit sur plaque de cuisson. Bien sûr, il existe des tas de recettes de gâteaux au pavot, notamment en provenance de l’Europe de l’Est et d’Europe centrale qui sont toutes meilleures les unes que les autres. Cette recette n’est donc qu’une version du gâteau au pavot parmi d’autres, mais c’est une recette que j’aime pour son goût et pour tout ce qu’elle représente.

Les Ingrédients :

Pour 1 plaque de cuisson standard

Pour la pâte :

– 250 g de farine T55
– 15 g de levure boulangère fraîche (ou 7g sèche)
– 125 mL de lait à température ambiante
– 35 g de beurre
– ¼ cuillère à café de sel
– 1 œuf

 Pour la garniture :

– 35 g d’amandes en poudre
-75 g de semoule fine
– 1 œuf
– 60 g de sucre roux
– 35 g de beurre
– 125 g de pavot
– 375 mL de lait
– le zeste d’1/2 citron bio

 Pour le crumble :

– 80 g de beurre à température ambiante
– 30 g de sucre roux
– 100 g de farine T55
– une pincée de cannelle
– une pincée de sel

La Recette :

Commencez par préparer la pâte :

1. Versez la farine dans un saladier et creusez un puits. Ajoutez-y la levure émiettée, puis versez un peu de lait (environ ¼).
2. Fouettez légèrement le lait avec un peu de farine des bords du puits, sans le casser.
3. Recouvrez le saladier d’un torchon propre et laissez reposer ainsi environ 20 minutes.
4. Ajoutez ensuite le restant des ingrédients et pétrissez la pâte jusqu’à ce qu’elle soit lisse et homogène. Elle doit se décoller des bords du saladier. Si elle est trop collante, ajoutez un peu de farine.
5. Laissez-la à nouveau reposer environ 20 minutes.
6. Beurrez puis farinez une plaque de cuisson.
7. Étalez ensuite la pâte sur un plan de travail fariné à l’aide d’un rouleau à pâtisserie. Donnez-lui la forme de votre plaque de cuisson et déplacez-la ensuite dessus.

Passez ensuite à la garniture :

8. Dans une casserole, versez le lait et le beurre. Amenez à ébullition, ajoutez la semoule fine puis baissez la température pour faire cuire le mélange 10 minutes à feu doux.
9. Ajoutez ensuite le restant des ingrédients et mélangez.
10. Répartissez sur la pâte.
11. Préchauffez le four à 200°C en chaleur tournante.

Enfin, préparez le crumble :

12. Coupez le beurre en dés.
13. Versez tous les ingrédients dans un saladier et mélangez du bout des doigts jusqu’à obtenir du crumble.
14. Répartissez sur la garniture.
15. Enfournez pour environ 25 minutes. C’est prêt, bon appétit !

Elise

love

Elise

Je m’appelle Elise et d'aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été gourmande. J’ai voulu faire de mon blog un espace vivant, qui donne envie de se retrouver entre amis pour cuisiner, ou de cuisiner pour ses amis. J’aime trouver la petite touche de magie dans chaque recette et la partager avec vous !Voir ma biographie complète

Leave a Reply
Your email address will not be published. *